Les récepteurs tyrosine kinase KIT et PDGFRA

Les récepteurs Tyrosine-Kinase

Les Récepteurs à activité Tyrosine Kinase (RTK) font partie de la famille des récepteurs-enzymes. Ce sont tous des récepteurs transmembranaires monomérique exception faite pour l'insuline qui est un hétérodimère associé par pont disulfure donc tétramérique.

On retrouve du côté extracellulaire, le domaine d'affinité pour le ligand. Lorsque le ligand se fixe sur son récepteur, celui-ci s'autodimérise (grâce au ligand et par des interactions secondaires, il y a une association de deux mêmes protéines bitopiques de type I pour former le récepteur qui se trouve être un homodimère). Du côté intracellulaire, ceci provoque l'autophosphorylation croisée du récepteur (ou transphosphorylation). Sous forme homodimérique, le RTK se phosphoryle de part et d'autre sur ses deux sous-unités, par modification conformationnelle successive et ce, exclusivement sur ses résidus tyrosine issus de domaines qui en sont riches. Pour chaque résidu tyrosine phosphorylé, il y a une molécule d'ATP consommée. Cette phosphorylation permet d'une part d'accroître l'activité enzymatique du récepteur sur son site catalytique (qui n'a pas de relation directe avec la transduction du signal) et d'autre part, de libérer des sites à haute affinité pour des protéines de signalisation : des enzymes ou bien des protéines adaptatrices. Le signal de transduction prolifère par l'interaction du site d'affinité du récepteur et des protéines qui s'y associent.

Source : Wikipedia - Les récepteurs Tyrosine-Kinase





Nous contacter : lien mail  ou Téléphone : (+33) 1 49 09 59 28.

Ce site a été créé le 10 avril 2006 par Pr Jean-François Emile (texte et photographies), Patricia Martel et Thierry Olivier, Eric Vercherat (conception et réalisation).
Site mis à jour par Eric Vercherat
Dernière mise à jour : Avril 2010